Serge Rossi : Mes motos

1983-1986 : Au début était la mob (enfin je passe pudiquement sous silence l'épisode Solex :-)

Ce fut un Peugeot TXR 50, une mobylette ressemblant assez à un Trail. Habitant à l'époque dans la Sarthe, j'ai plus roulé dans les chemins en forêt que sur route.

Aprés quelques "adaptations", j'en suis rapidement arrivé à m'inscrire à mes premières courses de Mobcross. J'ai pratiqué la chose pendant 2 ans. On passait plus de temps à l'atelier que sur la piste mais c'était quand même marrant :-)

Les photos ont été prises lors d'un mobcross à Ruaudin et montrent la machine dans un état de préparation déjà avancé : fourche et amortisseur de 125 DTMX, carbu de 19, cylindre avec transferts "optimisés", double variateur avec guides, allègement général et renforcement du cadre au niveau de la colonne de direction.


1985-1986 : L'évolution était logique, aprés la mobylette de Cross, je suis passé au motocross. Au début, n'ayant pas de voiture pour transporter une moto non homologuée sur route, j'ai trouvé une Husqvarna 125 XC modèle 1984 immatriculée.

Ca n'était pas une bonne moto de Cross : boite trop longue, ensemble trop lourd, moteur trop peu puissant. Mais ça m'a tout de même permis de bien m'amuser en pratiquant à la fois l'Enduro et le Motocross. Ca m'a permis aussi de rejoindre les terrains par la route mais il faut bien admettre que les pneus de Cross ne sont pas très adaptés au bitume, ça glisse :-)


1986-1989 : Ayant enfin une voiture capable de tracter une remorque et en ayant marre de me faire taxer par tout le monde sur les terrains de Cross, j'ai revendu l'Husqvarna pour racheter une Yamaha YZ 125 modèle 1985.

La, c'est du sérieux ! Excellente bécanne à part la boite un peu imprécise... mais c'est une Yamaha :-) Je vais pratiquer régulièrement le motocross pendant 3 ans et participer à un certain nombre de courses organisées par l'UFOLEP sur les terrains autour du Mans. Je revendrai cette moto avant d'aller travailler à Dieppe (Cf. ma page sur Alpine) ou je n'avais plus la possibilité de pratiquer le motocross.

Je n'ai plus pratiqué la moto pendant 4 ans.


1993-1994 : Etant arrivé dans l'Ouest de la région Parisienne et ayant un peu plus de place, je me suis dit que puisque j'avait le permis moto, autant en profiter pour avoir une petite moto pour aller au travail. Avec mon lourd passé de crossman, mon choix s'est évidement tourné vers un 200 MTX : trail, 2 temps avec un peu de chevaux, c'était tout ce que j'aimais. J'en ai trouvé un assez ancien mais je me suis vite rendu compte que ça tirait "un poil court" pour rouler sur de la 4 voies ! Ca s'est terminé avec une rupture du vilebrequin et comme la pièce coutait plus cher que la moto elle même, je suis passé à autre chose...


1994-1998 : Toujours dans l'idée d'avoir une moto utilitaire, sans ennuis (ce coup-ci !) et ressemblant un tant soit peu à mes anciennes motos de Cross, je me suis acheté un Transalp d'occasion.

Mission accomplie, ce Transalp m'a transporté tous les jours pendant 4 ans (je n'avais pas de voiture pendant cette période) sans aucune grosse panne. C'est vraiment la "motomobile" comme le dit Honda mais ça n'était guère passionnant à conduire. J'en ai donc eu marre au bout de ces 4 ans...


1998-Juin 2002 : Ce coup-ci, je voulais encore un trail (toujours le passé de crossman...) mais avec plus de chevaux et de caractère que le Transalp (c'est pas dur !).

Chez le concessionnaire Honda et Triumph du coin, j'ai flashé sur le look de "panzer" du 900 Tiger et paf... j'ai craqué :-) Une reprise de Transalp plus tard et je repartais au guidon de ce gros monstre flambant neuf (ma première moto neuve, sniff :')

Alors là, côté moteur, c'est le pied ! Souple en bas (il reprend parfaitement à 1000 tours), coupleux à mi régime et avec de l'allonge à haut régime, ce 3 cylindres et vraiment le moteur de moto idéal. Et quelle musique :-) Par contre, faut quand même admettre que ce lourd moteur haut placé dans une partie cycle de trail rend l'ensemble assez pachydermique à manier à l'arrêt. Par contre, dès que ça roule, ça va. C'est le gros vaisseau au long cours avec lequel on peut aligner 500 km sans aucune fatigue et qui a aussi des performances exceptionelles pour un trail et un moteur assez hargneux pour se faire plaisir.

Je n'envisageai pas de changer de moto quand, fin Juin 2002, un jeune permis au volant de sa voiture n'a pas jugé utile de s'arréter au feu rouge alors que je démarrais au feu vert ! Le choc fut très violent mais j'ai eu la chance de ne pas être pris entre la voiture et la moto (à quelques cm près !). Je n'ai rien eu mais la Triumph est morte : bloc moteur fendu (!), cadre plié, fourche pliée : casse direct :-/


Aout 2002 : C'est le moment de choisir une nouvelle moto. Ce coup-ci, fini les trails ! De toutes façons, je trouve tous les trails actuels moches ! C'est le moment de changer complètement de genre et de passer à quelque chose de plus sportif :-) Comme j'avais trouvé la Triumph vraiment trop lourde avec ses 230 Kg (au moins), j'ai aussi recherché un engin très léger.

Comme je n'ai plus conduit de moto routière depuis le permis (avec une Honda CBX 550), je vais éviter de commencer avec une 1000 GSX-RRRRR ! Aprés quelques recherches, j'ai trouvé une petite moto sportive légère, facile à prendre en main et encensée par tout le monde, presse et proprétaires, comme étant vive et amusante à conduire : la Suzuki SV 650 S. Le twin qui a surement plus de caractère qu'un 4 cylindres "moulinex" fait aussi partie de ses qualités.

Avec l'argent du remboursement de la Triumph, je suis aussitôt allé chez Mr Suzuki en commander une toute neuve (et non, même pas refroidi :-)

Je l'ai reçue une semaine aprés la commande et aprés 400 km en 2 jours, je peux dire que c'est vraiment une bécanne excellente, un véritable vélo :-) Pour ce qui est du moteur, j'attendrai la fin du rodage pour en dire plus mais je suis déjà prêt à renier les trails :-)


Septembre 2002 : Non je n'ai pas remplacé la SV par une Ducati 996 :-) Maintenant, j'en suis à 1800 km, le rodage est terminé et je confirme : c'est trop marrant une SV comme bécanne. C'est pas l'idéal pour faire de la nationale ou de l'autoroute (tant mieux !) mais sur petite route de campagne viroleuse, c'est un vrai régal. Comme ça n'est qu'un twin 650, le moteur manque un peu de coffre mais il est tout à fait amusant à emmener.


Mars 2003 Finalement, je n'aurais pas gardé la SV longtemps. Je m'y suis habitué tellement vite... que j'ai rapidement eu envie d'avoir mieux, tout en restant dans le même genre. J'ai choisi la Honda 1000 VTR pour son moteur à la grosse patate très typée twin, son prix intéressant ces jours-ci, la position pas trop extrème et puis enfin, j'aime bien son look et ça, ça ne se discute pas :-)

Pour l'instant, je n'en suis qu'au rodage mais j'aime bien la rigidité du chassis, le twin onctueux et la finesse extrème de la moto (plus que la SVS !).

Sur les photos, on peut déjà voir 2 petites modifs par rapport à l'origine :

  • Suppression du sabot inférieur. Je n'ai jamais trop aimé cet appendice qui alourdit la ligne de la moto.
  • Diminution de la taille de la bavette à la seule plaque (homologuée !). Faut dire que plus gros et moche que la bavette d'origine, ça doit être difficile !

Mars 2003 Aprés 400 km sur petite route avec le VTR, je peux dire que c'est une sacré bécanne, exactement ce que je cherchais : tenue de route d'enfer (avec des D208 qui, ne vont pas durer bien longtemps, j'en ai peur...), patate phénoménale même en restant sous 5000 tours/min pour le rodage : j'adore :-)


Mars 2004 Décidément, je change souvent de moto en ce moment ! Aprés 7000 km de bons et loyaux services, la VTR avec son bon gros moteur coupleux et son chassis qui n'aime pas trop les routes bosselées va être remplacée par un nouveau twin beaucoup plus méchant...

Non je n'aurais pas du m'en approcher au Salon de la moto... Non je n'aurais pas du m'assoir dessus... Non, je n'aurais pas du l'essayer :-)

Elle est commandée, vivement que je la reçoive C8-D


Mai 2004 L'attente fût longue mais ça y'est, je l'ai mon Aprilia RSV1000R :-)

Une gueule d'enfer, une maniabilité de vélo, une stabilité parfaite, un freinage d'outre tombe, un moteur à la sonorité envoutante et qui pousse comme c'est pas permis : en bref, c'est que du bonheur :*)


Mai 2004 Ca devient une tradition, voilà la photo avec la Ducati 996 d'un pote. Sauf que ce coup-ci, moi aussi j'ai ma moto Italienne d'exception :-)


2000-... : Alors là, c'est un genre complètement différent ! J'ai récupéré une petite DS Malterre 175 (moteur AMC) datant de 1950 avec pour intention de la restaurer. La machine est à peu prés complète et le moteur n'est pas bloqué mais il reste beaucoup de travail à fournir ! A suivre...


Valid HTML 4.01!

Vers les photos des Coupes Moto Légende 2003 ou 2001.
Vers les photos du Mondial du deux roues 2003 ou 1999.
Retour au sommaire.